Pour vous inscrire à notre newsletter, c'est ici !
Merci pour votre inscription !
Erreur de saisie
ACCUEIL
catalogue
AUTEURS
TRÉSOR PERDU
Foreign rights
histoires de TRÉSORS
PRESSE
CONTACT

Petit guide du chercheur de trésor

PUBLIÉ LE

10

October 2017

En préambule, un commentaire sur ce que ce petit guide n’est pas. Il ne s’agit évidemment pas d’un mode d’emploi avec des instructions précises, sinon la chasse serait résolue en quelques heures. L’objectif ici est plutôt de partager un certain nombre de conseils destinés aux novices du genre afin qu’ils puissent jouer à armes égales, ou presque, avec les experts du domaine !

Se mettre dans la tête de l’auteur

Est-il utile d’essayer de « profiler » l’auteur ? Oui… et non. C’est à double tranchant : d’un côté il peut apparaître intéressant de comprendre ses centres d’intérêt (est-il plutôt littéraire ou matheux ? féru de géographie ou d’histoire ?), mais un auteur peut aussi se montrer polyvalent et tout miser uniquement sur cette approche semble être un pari incertain.

L’allégorie du puzzle

Au début d’une chasse on tâtonne un peu, on papillonne d’une énigme à l’autre. Dans un premier temps, on observe des choses, on les note… en espérant que cela serve à un moment donné. Et puis doit venir un déclic qui permet d’emboîter correctement deux éléments. Puis un autre. Et ainsi de suite. Car c’est le principe même d’une chasse : certains éléments sont nécessaires à la résolution d’autres. Par exemple, les cryptogrammes en pages de gauche permettent partiellement de résoudre les énigmes en pages de droite. Mais ce ne sont évidemment pas les seuls éléments devant s’emboîter. Ainsi, dans une chasse bien construite, toutes les énigmes apportent leur pierre à l’édifice global et, théoriquement, aucunes d’elle ne peut être laissée de côté, sinon le puzzle serait incomplet.

Les tracés

Usuellement les chasses au trésor organisées passent par des tracés plus ou moins nombreux et plus ou moins complexes sur la carte de France. Il n’est pas inutile pour le chercheur de lister les énigmes qui donnent des instructions d’ordre cartographique pour essayer de mieux appréhender là où l’auteur cherche à le conduire (combien de villes ? combien de tracés ? quelles formes éventuelles ? etc.).

Les illustrations

Toutes les chasses qui contiennent des illustrations sont confrontées à la même problématique : l’illustrateur fait figurer sur son dessin les éléments nécessaires à la résolution des énigmes qui lui ont été fournis par l’auteur (mettre tel objet à tel endroit, dessiner tel élément à telles dimensions, etc.), puis ajoute à l’image des détails personnels propres à sa patte artistique. Le chercheur doit alors faire la part des choses et identifier ce qui est réellement utile aux solutions et ce qui n’est que décorum. Comment ? En faisant appel à son sens de l’observation pour identifier ce qui semble important : un élément qui revient de façon récurrente sur plusieurs illustrations, un autre qui fera écho au texte ou le complétera, etc.

Les questions/réponses (Q/R) avec l’auteur

Ces Q/R sont des aides qui doivent permettre de débloquer certains points de la chasse. L’auteur y répond généralement au premier degré. Il ne faut surtout pas y chercher un double sens ou un sous-entendu, au risque de se conforter dans de fausses pistes.

Les réseaux sociaux/forums

Les chercheurs sont souvent enclins à échanger entre eux et à partager tout ou partie de leurs pistes, autrefois via le Minitel, aujourd’hui grâce à Internet. Alors, les forums sont-ils un bon endroit pour piocher des idées ? On y trouve généralement un peu d’intox, pas mal de théories farfelues, mais aussi quelques idées intéressantes, voire les bonnes solutions ! Il faut faire preuve de bon sens pour trier les informations qu’on y trouve présentées en vrac et éliminer ce qui paraît complètement tiré par les cheveux, tout en mettant de côté ce qui semble plus intéressant. Car beaucoup de (bonnes) choses ont déjà été données sur certains forums – souvent sans réaction de la part de la communauté, d’ailleurs…

La fin du jeu

La finalité de toute chasse au trésor est la même : arriver à identifier un point raisonnablement précis pour y creuser. Toutes les options insuffisamment précises doivent être éliminées. (Un trait de crayon d’un millimètre sur une carte au 1/25 000 représente 25 mètres sur le terrain, donc il semble par exemple difficile de ne passer que par des tracés.) Sont également et évidemment à exclure les terrains privés et les endroits dangereux d’accès.